SUR LE PONT

« Sur le pont » avec Sabine Roux de Bézieux, Présidente de la Fondation de la Mer, et Frédéric Taddeï

Un pont vers de nouveaux horizons.
La Banque Transatlantique donne la parole à des personnalités inspirantes qui racontent leur parcours et leurs projets dans une série d'entretien avec Frédéric Taddeï.

Présidente de la Fondation de la Mer, Sabine Roux de Bézieux nous partage son engagement pour la protection de la mer.

Transcription de la vidéo

Prête à traverser le pont ?
- Ravie de traverser le pont avec vous.
Alors, présentez-vous.
- Donc je suis Sabine Roux-de-Bézieux, dirigeante d'entreprise, d'association, présidente de la Fondation de la Mer et conseillère du CESE.
J'ai l'impression que vous avez dirigé des entreprises et puis que du jour au lendemain vous avez arrêté pour vous consacrer à la philanthropie. C'est comme ça que ça s'est passé ?
- Ça s'est pas exactement passé comme ça. J'ai plutôt le goût du « en même temps ».
Si vous deviez résumer votre vie professionnelle en une phrase.
- 35 années absolument passionnantes. Et je recommencerais tout exactement de la même manière.
Est-ce que vous avez l'impression d'avoir réussi ?
- J'ai l'impression d'avoir réussi beaucoup de choses. Alors réussir en tant que tel, c'est un grand mot et je sais pas si je me l'appliquerais, mais j'ai l'impression d'avoir mené toute une série de petits projets à terme et j'en suis fière.
Professionnellement, qu'est-ce qui a été le déclic ?
- Ça a été de pas reprendre un job salarié quand l'entreprise pour laquelle je travaillais a disparu. J'étais bien, c'était plus confortable. J'avais pleins de propositions, mais je me suis dit aussi, c'était l'opportunité d'aller faire quelque chose de différent, de me prouver à moi-même et aux autres que j'étais capable d'entreprendre. Et je regrette pas une seconde.
Quelle a été votre plus grande réussite ?
- Le lancement de la Fondation de la Mer. On a été lancé en 2015, c'était une suite du Grenelle de la mer. Et en quelques années, on a réussi à rendre cette fondation incontournable en France.
Et votre plus gros échec, ce serait quoi ?
- Je suis quelqu'un d'impatient donc l'échec, c'est d'être pas aller plus vite.
Ah, c'est bien six ans !
- On aurait pu faire quatre ou cinq.
Le jour où vous vous êtes décidée à vous lancer dans un nouveau projet, quel a été le déclic ?
- Pour la Fondation de la Mer, c'est vraiment une prise de conscience il y a une dizaine d'années qu'on était extrêmement responsable et que nous, les pays développés, nous avions une responsabilité majeure vis-à-vis des six ou sept milliards de personnes que nous sommes sur la planète. C'est incroyable de penser qu'on vit extrêmement bien dans nos pays, mais que notre mode de vie n'est pas reproductible pour six milliards de gens sur la planète.
Et il est hors de question d'interdire à des gens de vivre comme nous, aussi bien que nous.
Et donc il faut inventer un nouveau modèle et clairement ce nouveau modèle, c'est à nous, pays riches de l'inventer et de le mettre en œuvre, pour que six milliards peut-être 10 milliards de gens, demain, puissent vivre comme nous.
Vaste projet.
- Allons-y.
Merci Sabine d'avoir traversé le pont.
- Merci beaucoup Frédéric.
À, bientôt !
- À bientôt ! Bon vent, belle mer !