#HORIZONMARCHÉS

Les mystères sur le marché de l'énergie se multiplient

Les pays du Golfe persique ne sont plus les maîtres du jeu depuis que les États-Unis sont devenus exportateurs de pétrole.
Retrouvez votre rendez-vous financier avec Nicolas Levrier, gérant de portefeuille chez Dubly Transatlantique Gestion.

Transcription de la vidéo

Depuis quelques années, les mystères sur le marché de l'énergie se multiplient.

Pourquoi le baril de pétrole américain (WTI) vaut moins cher que le baril de pétrole de mer du Nord (Brent), alors qu'il est de meilleure qualité ?

Historiquement, le pétrole américain était plus cher que celui de mer du Nord. Mais, depuis 2010, cette tendance s'est complètement inversée.
Le pétrole de schiste américain a bouleversé le marché.
La production augmente vite, les stocks s'accumulent et construire un pipeline pour désengorger le surplus prend du temps.

Les États-Unis, qui étaient le premier importateur de pétrole au monde, sont devenus exportateurs en à peine huit ans.
Résultat, il a fallu inverser le sens des pipelines, et surtout, en construire de nouveaux. Les difficultés d'acheminement expliquent donc l'écart de prix entre ces deux pétroles et cela n'est pas fini puisque la production américaine continue d'augmenter.

Comment se fait-il que les évènements géopolitiques ne semblent plus influencer les cours du pétrole ?

Récemment, plusieurs événements géopolitiques ont eu lieu au Moyen-Orient :

  • En mai 2019, des tankers sont attaqués dans le détroit d'Ormuz.
  • En septembre 2019, d'importantes infrastructures pétrolières sont détruites par des drones en Arabie Saoudite.
  • Début 2020, Qassem Soleimani est éliminé par les États-Unis.

À chaque fois, le cours du pétrole n'a quasiment pas bougé. Par le passé, des événements de cette ampleur faisaient monter durablement les cours du pétrole (guerre du Kippour, guerre du Golfe arrivée des États-Unis en Irak, etc.).
Pourquoi un tel calme ? Est-ce parce que tout le monde imagine un apaisement des tensions géopolitiques ? Est-ce parce que les pays du Golfe persique ne sont plus les maîtres du jeu depuis que les États-Unis sont devenus exportateurs de pétrole ?
Difficile de répondre précisément. En attendant, les consommateurs, notamment américains, en sont les principaux bénéficiaires.

Comment se fait-il que les prix du gaz naturel américain et du pétrole ne soient plus corrélés depuis quelques années ?

Normalement, le cours du gaz suit une règle simple : il est égal au cours du pétrole divisé par 6. Ce n'est plus le cas depuis 2010. Les États-Unis ont de l'énergie en abondance.
Les réserves de gaz naturel sont passées de 30 à 80 années en à peine dix ans. Or, contrairement au pétrole, le gaz s'exporte très difficilement.
Économiquement, les États-Unis ont tout intérêt à utiliser cette énergie bon marché. Ils sont d'ailleurs en train de remplacer les centrales à charbon par des centrales à gaz, substituer des voitures thermiques par des voitures électriques et construire des terminaux d'exportation. Mais cela coûte très cher et prend beaucoup de temps. C'est pourquoi, un retour à la normale n'est pas pour demain.
Les États-Unis vont pouvoir bénéficier de leur gaz bon marché pendant encore de très longues années.

À bientôt pour un nouveau point #HorizonMarchés.