#HORIZONMARCHÉS

Vers un retour de l'inflation ?

Avec les politiques monétaires expansionnistes et les plans de relance budgétaires successifs post-covid, de nombreux investisseurs s'inquiètent aujourd'hui d'un retour de l'inflation dans l'économie. Et notamment des conséquences potentiellement négatives sur certaines classes d'actifs.

Retrouvez votre rendez-vous financier avec Jean-Patrick Mousset, responsable de l'allocation d'actifs chez Banque Transatlantique.

Transcription de la vidéo

Horizon marchés : Vers un retour de l'inflation ?

De quelle inflation s'agit-il ?

Sous-jacente/totale, Europe/États-Unis, biens ou services...

Depuis le début des années 80, l'inflation est en baisse dans les pays développés. Cette tendance est imputable à la fois :

  • - à la politique de resserrement monétaire menée par les banques centrales,
  • - aux évolutions démographiques entraînant l'augmentation du taux d'épargne des ménages,
  • - à la mondialisation, cause de désinflation importée en provenance des pays émergents,
  • - mais aussi au progrès technologique ainsi qu'à l'essor de l'e-commerce.

Et, contrairement à ce que l'on pouvait attendre, ni les déficits budgétaires passés, ni l'amélioration du marché de l'emploi n'ont entraîné un regain fort de l'inflation ces dix dernières années.

Ce déclin structurel de l'inflation pourrait cependant aujourd'hui s'inverser pour plusieurs raisons :

  • - Tout d'abord au niveau monétaire, avec une ambition affichée de la Réserve fédérale américaine depuis août 2020 de permettre au taux d'inflation de monter temporairement au-dessus du seuil de 2%
  • - Ensuite, au niveau de l'offre avec une tendance à la relocalisation de certaines capacités de production jugées stratégiques, ou de normes environnementales contraignantes qui renchérissent les coûts de production.
  • - Enfin au niveau de la demande avec un potentiel rebond de la consommation dès les restrictions sanitaires seront levées.

Que constate-t-on aujourd'hui ?

On constate que l'inflation totale remonte légèrement grâce à des phénomènes conjoncturels plutôt que structurels, tels que :

  • - la hausse du prix des matières premières (et notamment du pétrole depuis son plus bas niveau atteint en mars 2020),
  • - l'impact de la baisse du dollar qui renchérit le coût des biens importés aux États-Unis,
  • - l'impact de la hausse de la TVA en Allemagne...

Les hausses des prix s'observent plutôt dans l'industrie que dans les services, secteur encore très impacté par les mesures de restrictions sanitaires. Si l'inflation totale est en hausse aux États-Unis, l'inflation sous-jacente (c'est-à-dire hors énergie et nourriture) reste elle contenue. Pour l'Europe, compte tenu de la chute de la demande, nous craignons davantage une période de désinflation. Cependant se pose la question de savoir si, en Europe, les indices publiés captent bien la hausse des prix de l'immobilier. Nos économistes prévoient une inflation sous-jacente de +1,8% aux États-Unis et +0,6% en Europe pour l'année 2021. L'inflation sous-jacente n'augmenterait que si la demande venait à excéder structurellement l'offre créant une surchauffe de l'économie. Ce qui n'est clairement pas le cas aujourd'hui, mais pourrait le devenir en cas de fort rebond de la consommation, lié à la levée des restrictions sanitaires.

En conclusion, si l'inflation totale vient à augmenter en 2021, c'est aujourd'hui davantage pour des raisons conjoncturelles que structurelles. Cependant à horizon moyen-terme, la question de retour de l'inflation structurelle reste posée, principalement aux États-Unis plutôt qu'en Europe. Dans cette hypothèse, en termes d'allocation d'actifs, les titres à revenus fixes comme les obligations seraient particulièrement menacés. À contrario, les actifs réels comme l'or, l'immobilier, les forêts, l'infrastructure, les obligations indexées sur l'inflation, seraient à privilégier ainsi que les actions des entreprises de qualité en position suffisamment forte sur leur marché pour répercuter des hausses de prix.

À très bientôt pour un nouveau point Horizon Marchés !