#HORIZONMARCHÉS

Comment appréhender aujourd'hui la situation en Chine ?

Comment décrypter les derniers évènements en Chine ?
Quelles en sont les conséquences ?

Retrouvez votre rendez-vous financier avec Nadja de Benedit, directrice de la gestion collective taux chez Dubly Transatlantique Gestion.

Transcription de la vidéo

Horizon marchés : Comment appréhender aujourd'hui la situation en Chine ?

Interview de Nadja de Benedit, directrice de la gestion collective taux chez Dubly Transatlantique Gestion.

Comment appréhender aujourd'hui la situation en Chine ?

Aujourd'hui l'on ne peut que se sentir perplexe et inquiet par les derniers développements en Chine.

Et il semble indispensable pour essayer d'y voir clair, d'en appeler à ceux qui connaissent intimement ce pays ainsi que ses rouages.

C'est notamment le cas de Claude Martin nommé dès 1964 à Pékin et devenu après le massacre de Tien An Men en juin 1989, l'Ambassadeur de France en Chine et qui a commis un pavé quelque peu intimidant de plus de 900 pages mais oh combien instructif sur les grands desseins chinois « la Diplomatie n'est pas un dîner de gala » qui fait référence à la citation de Mao de 1966 « la Révolution n'est pas un dîner de gala » qui souligne la violence de la révolution.

Ce livre d'envergure s'inscrit dans une perspective de temps long tout comme la gestion de Dubly Transatlantique Gestion.

L'auteur y déroule sa Chine de 1964 à 1993 : du début de la révolution culturelle à l'ouverture à l'Occident et explicite les mécanismes politiques en place au travers des évènements historiques qui s'y sont déroulés. Il montre comment les périodes de plus grandes libertés ont été immanquablement suivies par une reprise en main musclée du parti communiste.

Comme un mouvement de balancier.

Ce fut le cas en 1966 : lorsque les ouvrages des écrivains chinois ont disparu des librairies et ont été remplacés par le Petit Livre Rouge de Mao en 1989, au moment de Tien An Men lorsque l'armée a durement réprimé le mouvement démocratique.

Quels parallèles pouvons-nous faire entre hier et aujourd'hui ?

L'on ressent de nouveau, une crispation du pouvoir en Chine, notamment depuis la pandémie de Covid. L'autoritarisme du parti État semble s'être renforcé avec la marginalisation des libéraux et des néo-confucéens au profit des néo-maoistes qui appellent à un renforcement de l'État centralisé.

Comment décrypter les derniers évènements ?

Que ce soit l'arrêt brutal de l'introduction en bourse de la Fintech Ant, filiale du géant Alibaba ou encore la disparition, pendant près de six semaines, de son fondateur Jack Ma.

Tout au long de l'année 2021, qui marque le centenaire de la naissance du Parti Communiste Chinois (PCC), Xi Jinping n'a cessé de renforcer l'emprise du pouvoir sur le monde des affaires :

  • Offensive contre l'industrie du divertissement accusée de propager le culte de l'argent et une vision occidentale du monde.
  • Tour à tour, la finance en ligne, les pratiques monopolistiques de la vente en ligne, la protection des données des utilisateurs, l'exploitation des livreurs et des chauffeurs, et l'éducation privée ont été visées. Cet été, le secteur du soutien scolaire, qui pèse des centaines de milliards d'euros, a été pratiquement anéanti, quand les autorités ont contraint les compagnies du secteur à devenir des entités à but non lucratif. Dernier secteur visé : l'immobilier même si cela doit passer par quelques faillites.

Ainsi celui que d'aucuns surnomment le nouveau Mao Zedong, multiplie les signes de reprise en main de pans entiers de l'économie, et tente également d'affirmer sa puissance sur le plan international :

  • Evocation d'une prochaine réunification entre son pays et Taïwan
  • Multiplication des démonstrations de force en mer de Chine
Quelles en sont les conséquences ?

Un peu tôt pour le dire, pour le moment sur le plan géopolitique :

  • Alliance Ankus : entre les US, le Royaume-Uni et l'Australie pour contrer notamment les velléités de la Chine en mer de Chine.
  • Sur les marchés financiers : plus grande défiance des investisseurs étrangers depuis Evergrande, des indices boursiers négatifs en 2021, en baisse depuis le début.

Mais comme disait Churchill « mieux vaut prendre le changement par la main avant qu'il ne nous prenne à la gorge ».

À très bientôt pour un nouveau point #HorizonMarchés