#HORIZONMARCHÉS

Où investir maintenant que la dette est dominée ?

Retrouvez votre rendez-vous financier avec Olivier Goujon, gérant d'actifs chez
Dubly Transatlantique Gestion.
En ce début d'année 2019, l'optimisme est de retour sur les marchés financiers. Ce rebond est-il un rebond technique ou un rebond durable ?

Transcription de la vidéo

Où investir maintenant que la dette est dominée ?

En ce début d'année 2019, l'optimisme est de retour sur les marchés financiers. Nous corrigeons probablement les excès de la fin d'année dernière. Ce rebond est-il un rebond technique ou un rebond durable ?

Il est difficile de répondre à cette question car le court terme peut être perturbé à nouveau par des sujets politiques. Cependant, un nouvel élément est venu alimenter le mouvement que nous connaissons : le changement de discours des banquiers centraux avec, aux États-Unis une vision beaucoup plus accommodante et côté BCE, la possibilité de mettre en place un nouveau LTRO. Pourtant, les sujets Brexit, élections européennes et guerre commerciale sont encore devant nous.

Faisons abstraction de la vision court-termiste et projetons nous sur les perspectives des différentes classes d'actifs sur une période plus longue.

Il faudra probablement oublier le marché obligataire pendant encore quelque temps. Le couple rendement risque ne cesse de se dégrader et la sécurité se paye très cher : les rendements actuariels sont négatifs pour un bon nombre d'émetteurs Investment Grade.

Pour nous, le meilleur investissement reste donc le marché des actions pour plusieurs raisons. Reste à voir quelles sont les zones géographiques et quel style de gestion privilégier ?

La dynamique de croissance la plus forte et la plus résiliente se situe aux États-Unis et, de façon plus tactique, dans les pays émergents qui cette année, pourraient profiter d'un contexte monétaire plus accommodant que ce qui était prévu.

La croissance du PIB attendue en 2019 est de 2.5% aux États-Unis, 4.5% dans les émergents et n'excèdera pas 1.6% en Europe.

Les indicateurs avancés, témoins de la confiance que nous pouvons avoir dans une économie nous confirment cette lecture. En Europe, les indices PMI se situent à la frontière entre phase de contraction et d'expansion de l'économie depuis de nombreux mois, ce qui ne plaide pas en faveur d'une amélioration de la conjoncture. Alors que les ISM quant à eux, sont proches des plus hauts aux États-Unis, signe de confiance dans la capacité de l'économie à continuer à croitre.

Les grandes tendances démographiques seront déterminantes dans l'évolution des économies. En Europe, la pyramide des âges tend à s'inverser et le financement des retraites sera problématique pour les générations futures. La situation est différente aux États-Unis, le poids de la population en âge de travailler va rester élevé dans les années à venir et le système de financement des retraites par capitalisation avec les fonds de pension est un soutien pour les marchés.

Nous privilégions les secteurs qui délivrent de la croissance durable. C'est aux États-Unis que les budgets de recherche et développement sont les plus importants et par déduction, là que l'innovation se trouve. Les valeurs de croissance offrent le levier le plus significatif comme par exemple dans les secteurs des services sur internet, de la transformation digitale ou de la medtech.

Nous souhaitons investir dans ces thématiques porteuses et créatrices de valeur dans les portefeuilles.